Au cours de notre existence, il nous arrive de devoir emprunter des sentiers moins faciles d'accès que d'autres, au relief plus tourmenté, par exemple lorsque nous rencontrons des difficultés d'ordre relationnel, familial, professionnel ou que nous sommes en période de rupture, de séparation ou de deuil.

 

Nous pouvons aussi renoncer à emprunter un autre chemin, pourtant engageant et plein de promesses, parce que nous n'en avons pas le courage, l'énergie ou la force.

 

Bien souvent, nous ne profitons pas assez des beautés du paysage, des opportunités qu'il nous offre ou de nos compagnons de route parce que nous nous sentons stressés, anxieux, déprimés ou simplement incapables d'y prêter attention

Parfois, nous avançons par automatisme, sans tenir compte de la configuration du terrain, de la météo ou de notre condition physique : nous reproduisons alors le même comportement, adoptons le même rythme quel que soit l'environnement. Ces répétitions à l'identique nous pèsent, ne nous conviennent plus, mais nous avons l'impression de ne pas pouvoir faire autrement, de ne pas pouvoir en sortir.

 

Nous pouvons aussi nous sentir seuls, perdus, désorientés, avoir l'impression d'avancer au hasard, sans savoir où nous allons, voire de tourner en rond et de ne plus avoir aucune prise sur notre itinéraire.

 

A d'autres moments enfin, nous souhaiterions mieux nous connaître, afin de parcourir cette route plus sereinement et de profiter encore plus pleinement des richesses qu'elle nous offre.

 

 

« On peut aussi bâtir quelque chose de beau

avec les pierres qui entravent le chemin »

(Goethe)

Et suivez-moi sur ma page Facebook ...

  • Facebook Social Icon